Il ne faut pas oublier que la culture est ce qui nous individualise par nos exceptions, nos traditions propres mais c’est surtout ce qui nous lie.
On se rend vite compte que notre histoire est commune, que nos exceptions sont plus des interprétations d’un socle commun que des créations spontanées.
Il est souvent tentant de regarder le passé et d’être empreint d’un sentiment de nostalgie. Mais les œuvres contemporaines, nous bousculent, nous déboussolent, mais une fois qu’on comprend la démarche, que l’on soit en accord ou non, elles nous relient par le débat, elles nous rapprochent par nos divergences.
La culture nous rappelle que Rome ne s’est pas souciée de savoir si en Gaule, on devait faire comme les Gaulois, qu’il n’est pas plus dans certains gènes que dans ceux de « souche » hexagonale de s’éloigner de zones de périls.
La culture nous rappelle que des populations déplacées subissent généralement un accueil virulent. Les expositions nous remémorent que ce qui se passe en dehors de nos frontières a une incidence sur nos vies, et que l’histoire peut se répéter rapidement.
On remarque que les droits sont fragiles et que les libertés sont précaires. On remarque aussi que les « convictions » de supériorité nous ont menés à des défaites éclaires et que ce qui s’est avéré être une solution à un moment, s’est révélé être une catastrophe quelques années plus tard.
La culture, ce qui fonde l’identité Française est composée de personnages allant de Vercingétorix à Napoléon en passant par Henry IV et Louis XVI, de Molière à Gainsbourg en passant par Brassens ou Joséphine Baker. Des icônes libres, insurgées, controversées, meneuses qui ont fait que la France rayonne encore à travers le monde en tant que pays des libertés, de la culture, des lumières, de la Révolution, de la mode et la laïcité, de l’égalité et des droits de l’homme.

Voilà les événements incontournables de l’édition 2017.

A Paris:

La fondation Louis Vuitton ouvre ses portes pour la Nuit des musées.
fondation_LV_susan_brenner.jpg Merci à Susan Brenner pour la photo
A partir de 18h, l’accès aux expositions est gratuit. On pourra donc visiter le bâtiment créé par Frank Gehry ainsi que des œuvres in situ comme « Inside the Horizon » d’Olafur Eliasson.
fondation_LV_tete_de_loup.jpg Merci à Tête de Loup pour la photo
La collection temporaire met à l’honneur l’art africain sous le titre « Art/ Afrique, le nouvel Atelier » qui se décline en 3 parties. Le soir de la nuit des musées, un concert intitulé « Africa Express presents…Terry Riley’s in C Mali » interprété par 18 musiciens sur qui interpréteront librement et individuellement des phrases de la pièce de 1968, In C.
Le concert est entre 22 et 23h.

8 avenue du Mahatma Gandhi
Bois de Boulogne
75116 Paris

Je passerais par le grand Palais qui participe l’événement à partir de 20h jusqu’à minuit.

grand_palais.jpg
Les trois expositions « Jardins », « Rodin, l’exposition du centenaire » et « Des grands Moghols aux Maharajahs, Joyaux de la collection Al Thani » sont ouvert à la visite.
« Jardins » couvre 6 siècles de créations artistiques dont le sujet est le jardin. L’exposition accole Fragonard, Monet, Picasso ou encore Cézanne, qui seront animés par 3 DJ sets entre 21h et minuit.
Les danseurs contemporains du film « Divino Inferno - Et Rodin créa La Porte de l'Enfer » redonneront vie à Rodin, 100 ans après sa mort en réinterprétant les œuvres présentes telles que « le penseur » ou « le baiser ». Ils évolueront à partir de 21h30.
Et pour le côté « mode », les pièces d’Al Thani sont les témoins de 5 siècles de haute Joaillerie indienne. De quoi confirmer ce que je disais dans mon poste concernant le made-in-France.

3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris

Ma troisième sélection est « la Monnaie de Paris ».

Monnaie_de_Paris.jpg
On connaît ses expositions d’art contemporain, ses ateliers de haute Joaillerie ainsi que ses pièces de monnaie qui mettent à l’honneur la France à travers une œuvre (la dernière étant une création de Jean Paul Gaultier). Il est possible lors de la nuit des musées 2017 de « fêter les 40 ans du centre Georges Pompidou ».
Le musée propose à 19,20 et 21h des visites guidées limitées à 20 personnes par visite. La première visite sera dispensée par la commissaire associée de l'exposition, Mathilde de Croix
La Monnaie de Paris expose des œuvres sous le nom « A pied d’œuvre ». Les sculptures sont généralement dos au mur et verticales, Celles de l'exposition (extraites du catalogue du Centre Pompidou) sont ici exposées au sol. On appréciera aussi des vidéos, des photos et des sculptures d'artistes comme Orlan, Richard Serra ou Robert Smithson.
Mon coup de cœur va à l’œuvre de Pipilotti Rist.
L'inscription pour les visites se fera sur inscription le jour de l'évènement.

11, quai de Conti,
75006 PARIS

Bordeaux :

L’institut Bernard Magrez ouvre ses portes pour la nuit des musées.

Bernard_Magrez.jpg
C’est l’occasion de visiter l’exposition consacrée à la Galerie Templon, dans laquelle on peut admirer des œuvres de « Pierre & Gilles » dont je suis fan, Jan Fabre ou encore Yue Minjun.
Comme mon blog est relatif à la mode, j’essaie souvent de placer une extrême œuvre « textile », celle de l’exposition est « Dress » de Chiharu Shiota.
L’entrée est libre de 18h à 22h30 avec une visite guidée à 18h et 20h30 et des ateliers pour enfants entre les deux.
En parallèle, il est possible de rencontrer les Artistes Barbara Schroeder, Amandine Pierné et Jean Baptiste Besançon qui nous offriront des visites commentées de leurs expositions.

16 rue de Tivoli,
Bordeaux

La base sous-marine avec l’exposition « Nobody knew you’re a dog » de Romain Tardy.

Base_sous_marine.jpg
C’est un immanquable, un véritable coup de cœur.
Une exposition qui propose une réflexion sur notre monde numérisé. Entre vidéos, projections, jeux de néons.
J’y suis allé et hypnotisé j’ai mis 2h à en sortir. De 18h à Minuit.

Boulevard Alfred Daney
33300 Bordeaux

Je vous préconise aussi d’aller faire un tour au musée d’Aquitaine.

musee_d_aquitaine.jpg
L’atelier « impression nocturne » non plonge dans le noir,s à la (re)découverte des œuvres. Toutes les 20 minutes de 18h30 à 20h00 puis de 21h30 à 23h30.
Si vous y allez en groupes, vous pouvez participer à un escape game intitulé « Moi, Michel de Montaigne, 484 ans » qui dure 45 minutes.
Ou plus simplement, revoir l’exposition sur l’esclavage rythmé par des rythmes gospel, work song, ou blues interprété par les élèves des collèges Aliénor d’Aquitaine et Philippe Gérard.

20 cours Pasteur
33000 Bordeaux

Lyon :

On se rend au MAC de Lyon pour voir l’exposition « Frigo génération 78/90 ».

frigo-benni-efrat.jpg
Frigo est un collectif emblématique de la culture alternative. Le spectre des créations s’étend de la musique à la photo en passant par des activités aussi diverses que la radio, le graphisme, des installations et des performances etc.
Un bel aperçu de ce qu’a été l’art alternatif des années 80 aussi bien national qu’international.
Leur nom provient de la marque de la chambre réfrigérée d’une fromagerie Lyonnaise qui hébergeait ses activités.
En accès libre de 18h à 22h.

Cité Internationale,
81 Quai Charles de Gaulle,
69006 Lyon

Aix-en-Provence.

Sans aucune hésitation je préconise la fondation Vasarely. Je suis totalement fan de cet artiste.

vasarely.jpg
A 20h et 23h, la fondation propose des visites guidées de la collection permanente.
Les visites continueront avec l’exposition « Bastokalypse », un panorama de 52m de long qui présente une vision fantasmée et ludique de l’apocalypse par les artistes suisses, M.S. Bastion & Isabelle L.
Un programme musical est prévu à partir de 21h ainsi que des activités artistiques seront proposées toutes les 30 minutes entre 19h30 et 21h30.
Tout se fait sur réservation au 04 42 20 01 09, puisque les places sont limitées.

Jas de Bouffan
13096 Aix-en-Provence

Marseille.

A Marseille je passerais visiter le musée Cantini. L’exposition « un maison de verre » présente le travail du Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts plastiques (Cirva).

Delphine-Coindet-Prismes-Contini.jpg
Des sculptures, des installations, qui prennent et restituent la lumière comme si l’art débordait de l’œuvre elle-même et entraînait avec lui le lieu et le spectateur.
Sur les deux étages du musée Cantini, les créations de verre sont associées à quelques œuvres du MAC ainsi que du fond régional d’art contemporain de la région PACA.

19 rue Grignan
13006 Marseille

Je termine cette sélection par le musée d’art contemporain de Marseille qui propose une exposition sur le Hip Hop des débuts (1970) à 1995.

hip_hop_mac.jpg
On y (re) découvre l’évolution et la complexité du mouvement, des premiers blocks parties du Bronx jusqu’au rap Marseillais en passant à travers des disciplines telles que le DJing, le graffiti, le MCing et le BBoying.
Un mouvement, bien qu’universel, qui a fait naître des artistes mondialement connus comme Basquiat ou Keith Haring, qui a inspiré des DJ comme David Guetta, qui a marqué et qui continue à marquer le monde de la mode avec par exemple la popularité des sneakers et qui est la musique la plus écoutée au monde, continu d’avoir une image marginale.
Les danseurs Hip hop ont du mal à faire valoir l’équivalence de leur talent par rapport aux autres danseurs, les instrumentales servent toujours à illustrer les reportages sur la violence et la banlieue, le rap n’arrive pas à se séparer de la caricature de la casquette de travers, du « yo » et des gestes de mains.
Les artistes graffiteurs et les tagueurs qui exercent librement continuent d’être considérés comme des « vandales » et globalement ces arts restent perçus comme une mode passagère. L’exposition nous rappelle que le Hip Hop fonde la culture populaire contemporaine.

69 avenue de Haïfa
13008 Marseille

Pour voir le programme de votre région, vous pouvez visiter le site : http://nuitdesmusees.culturecommunication.gouv.fr