Bon, tout le monde est déjà allé dans un musée. On arrive devant un bâtiment, on rentre et on regarde des œuvres.
Et ben à Cancun (Mexique) il y a le MUSA.
Entendu le « Muséo Subacatico de Arte» (le musée subaquatique d’art).
Ce musée présente 500 statues immergées visant à démontrer l’interaction entre art et environnement. Les sculptures fusionnent avec le récif et sont colonisées par la faune et la flore marine.
C’est aussi la plus grande collection de sculpture à taille réelle immergée au monde.
Pour apprécier l’expérience il faut se mouiller et revêtir masque et bouteille d’oxygène.
Néanmoins, pour ceux qui n’aiment pas la plongée, il est aussi possible de l’approcher en prenant un bateau à fond vitré.
MUSA.jpg
On reproche souvent à la mode d’être ethnocentrique et les critères de beauté sont normalisés. On s’embellit avec du maquillage, des bijoux, des tatouages ou des piercings parfois. Parfois aussi avec des vêtements modifiant la silhouette tels les corsets.
Le « Museum of Enduring Beauty » de Malacca en Malaisie. La collection du musée présente les variations culturelles et historiques de la compréhension de la beauté. On y trouve des pieds bandés, des tatouages, des labrets (plateau de lèvre), des corsets ou encore des colliers spiraux.
Museum_of_Enduring_Beauty.jpg
Du point de vu français, il est tout à fait normal de posséder des toilettes chez soi (au moins sur le palier). De toute manière il y en a partout dans les rues et tous les bars et restaurants en sont pourvus. Et si elles sont omniprésentes et cachées, cela n’a pas toujours été le cas. Il reste encore des régions du monde sans WC, ou pas encore assez démocratisés pour que tout le monde y ait accès. C’est le cas de l’Inde. Mais s’il n’y a pas des toilettes dans toutes les maisons, c’est peut-être parce qu’elles sont toutes au « Sulabh International Museum of Toilets ». Une impressionnante collection s’étalant de 2500 av J-C à aujourd’hui. Toilettes customisées, privées, pot de chambre, accessoires et des explications quant à l’évolution des mœurs et de leur usage. sulabh-international-museum-of-toilets.jpg
La saucisse au curry est une spécialité Berlinoise, ils en sont tellement fiers qu’ils en ont fait un musée. Le « Currywurst Museum » de Berlin. Si on s’en fiche un peu de la saucisse, le musée est à voir. On dirait une immersion dans un intérieur néo pop à mi-chemin entre une œuvre de Warhol et un fast food. Et une saucisse est offerte avec l’entrée.
Currywurst.jpg
« Les histoires d’amour finissent mal, en général » chantait Rita Mitsouko. Les artistes Olinka Vistica et Drazen Grubisic ont créé le « Museum of Broken Relationship » dans le lequel elles partagent leurs problèmes de cœur. La collection comprend des débris amoureux provenant du monde entier. Si vous êtes en deuil de votre relation, apportez y votre pièce à l’édifice, vous verrez vous n’êtes pas seul(e). Et Zagreb est une belle ville pleine de belles personnes.
Museum_Broken_Relashionship.jpg
Quand j’étais au Canada, après avoir refusé une glace que l’on m’avait proposé par -10, un montréalais m’avait dit qu’un vrai amateur de glace en mangeait quel que soit la saison. Donc certains sont surement assez accros aux glaces pour se rendre à Emilia à coté de Bologne en Italie pour visiter le « Gelato Museum ». Des images, des outils ou des descriptions concernant la consommation de glaces de 12.000 av JC jusqu’à nos jours.
gelato_museum.jpg
Je me souviens d’une émission avec Stéphane Plaza, dans laquelle une femme « collectionnait » des cochons. Il y a certaines collections dont on se demande si ce n’est pas de l’accumulation thématique compulsive et dont la passion ne serait pas plus proche d’une pathologie que d’une recherche.
Ben il y en a qui ont carrément l’idée de faire de leur collection un musée. Et, ça fonctionne. « The Bunny museum », totalisent depuis 1993, 33.000 lapins de toutes sortes et déménagent le musée à Pasadena. Un peu creepy quand même.
Bunny_museum.jpg
Si le lapin ne connait pas un grand succès en termes de sujet artistique, le chat ce n’est pas la même chose. Et avec tous les lolcats sur internet, le « Katten Kabinet » d’Amsterdam bien qu’un peu obsessionnel a le mérite de présenter « de vrais œuvres »... Il est même possible de croiser de vrais chats puisque le musée sert aussi de résidence à cinq félins. Et on peut le visiter en ligne.
katten_kabinet.jpg
Voilà un musée qui peut inspirer certains adeptes de pratiques tendancieuses, le «Dog Collar Museum » à Kent en Angleterre. Une impressionnante collection de colliers de chiens dont les premiers datent du XVème siècle. On peut y voir des colliers en argent, du XVIIIème, d’autres qui sont de véritables pièces d’orfèvrerie de la Renaissance et ceux dont on se demande quel chien était assez robuste pour porter ceux de la période Tudor. Il n’empêche que c’est très inspirant.
dog_collar_museum.jpg
Hasard du classement, promis je n’ai pas fait exprès, on découvre le « Condom Museum » à Nonthaburi en Thaïlande. Après avoir passé la salle des emballages puis celle du contrôle qualité, vous aurez droit à quelques conseils pour l’achat et l’utilisation de préservatifs.
condom_museum.jpg
Aussi faut-il savoir que si le préservatif a son musée, c’est aussi le cas des pénis grâce à nos amis Icelandais. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi en visitant le « Icelandic Phallological Museum » d’Husavik.
icelandic_phallological_museum.JPG
Le « Momofuku Ando Instant Ramen Museum ». Si certains ont connu les Ramens comme étant le seul plat étudiant que leur bourse d’étude leur permettait d’acheter, ils seront contents de visiter ce musée dédié aux nouilles japonaises. Il est même possible de composer son propre Ramen.
ramen_museum.jpg
Je ne sais pas si ça conviendra aux amateurs de Twilight, de Dracula ou d’histoire mais c’est chez nous. Aux Lilas il y a le musée des Vampires. Je ne sais pas s’il y a une pertinence historique mais cette collection thématique peut mettre mal à l’aise.
musee_des_vampires.jpg
Qui dit musée, dit art, du moins la plupart du temps. Et j’ai déjà entendu des débats sur ce qu’était ou non l’art et vu des personnes parler d’œuvres d’art en termes de « merde ». Il y a un musée qui peut mettre tout le monde d’accord. Le « Museum of Bad Art » à Somerville dans le Massachusetts.
museum_of_bad_art.jpg
Pour les adeptes des complots il y a l’ « international UFO Museum and Research Center ». Il est situé à Roswell. Est-ce que les décors et reconstitutions digne d’une série B sont volontairement Kitch pour décrédibiliser la thèse du crash de 1947 ?... Le mystère reste entier.
International_UFO_Museum.jpg
La paréidolie est le fait d'identifier des visages ou des objets dans des formes abstraites. Le « The Museum of Food Anomalies » répertorie des légumes qui, avec un peu d’imagination, laissent apparaitre un visage . Et pas besoin d’aller bien loin, c’est une exposition en ligne.
food_anomalies.jpg
Et pour finir, si, un musée est censé être gage de savoir, dont chaque pièce a son cartel et chaque scénographie est le fruit d’une longue réflexion, le « Museum of Jurassic Technology » ce musée proche d’un cabinet de curiosité présente plusieurs œuvres, dont on ne sait rien qui nous force au questionnement, qui remet en cause nos croyances et rétablis notre sens de la réflexion. A visiter à Culver City, en Californie.
Museum_of_Jurassic_Technology.jpg
Par conséquent, à la vue de ces musées surprenant, divers et variés, il n’est pas exclu qu’un jour j’ouvre au sein de mon atelier, un musée présentant tout ce qui a inspiré mes collections.

Aussi dites moi en commentaire quel genre de musée aimeriez vous posséder.