Les Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi 2014 ont commencé et tout le monde s’accorde pour dire que la cérémonie d’ouverture a été fabuleuse.

Les Jeux Olympiques fédèrent des athlètes du monde entier sans distinction de leurs opinions, leur couleur, leur confession ou leur orientation sexuelle. Mais les jeux de Sotchi présentent un caractère politique très controversé.

Le photographe hollandais Rob Hornstra (qui a déjà travaillé sur plusieurs projets en Russie) et l’auteur Arnold van Bruggen ont voulu comprendre le choix de Sotchi comme ville olympique et suivre l’avancement des travaux.

construction
En réalité Sotchi est une ville balnéaire réputée pour ses sanatoriums situés à 25 kilomètres de l’Abkhazi, région autonome de la Géorgie.

balneaire sanatorium
Outre le fait que Sotchi soit un lieu de villégiature pour les dignitaires de la Russie et que Vladimir Poutine y ait une résidence, c’est aussi un lieu chargé d’histoire. On se rappelle du « génocide oublié » de 1864 pour la conquête du Caucase ainsi que de la guerre d’Ossetie du Sud en Aout 2008 qui opposait les indépendantistes soutenus par les Russes aux Géorgiens. Le choix de Sotchi pour les Jeux Olympiques d’hiver permet à Vladimir Poutine d’affirmer la puissance Russe et le contrôle de cette région.

medailles frontiere
La Russie aime dompter la nature. Comme Khrouchtchev avait voulu planter du blé dans la Russie arctique, il s’agit ici de créer de toute pièce des équipements pour les sports d’hiver dans une zone où il ne neige en moyenne que treize jours par an et que la température en février avoisine les 6°. Pour preuve de la suprématie de la Russie sur la nature, le parcours de la flamme olympique qui a effectué un vrai périple. La torche a traversé 2900 communes mais a en plus voyagé à bord d’un brise-glace, est descendue dans les profondeurs du lac Baïkal puis est remontée au sommet du mont Elbrouz et a continué l’ascension dans l’espace à bord de la station spatiale internationale.

construction
Mais cet exploit architectural est critiqué. Les conditions de travail des ouvriers sont dénoncées par l’ONG « Human rights watch ». 60.000 ouvriers ont été engagés sur les chantiers et l’ONG dévoile que certains salaires n’auraient pas été payés, que les passeports auraient été confisqués, que les conditions de sécurité et que les conditions décentes d’hébergement n’étaient pas respectées. Ce projet présente une région et ses habitants. Une région accrochée à son passé, forcée à se tourner vers l’avenir, forte de sa culture mais bousculée par des valeurs occidentales. Une région balnéaire qui accueille des jeux d’hiver, un évènement olympique sur fond de corruption.

strip gay

Pour la réalisation de ce reportage débuté en 2009, Rob Hornstra et Arnold van Bruggen se sont rendus sur place des dizaines de fois. Par la suite Rob Hornstra s’est vu refuser un visa par les autorités Russes ce qui a mis fin au projet.

Le site du Sotchi Project ici.
Il est possible de commander des produits du Sotchi Project ici.
Les photos de Rob Hornstra sont aussi visibles à la Flatland Gallery.